Daniel Léveillé

Amour, acide et noix

Quatre corps donnés à la danse révèlent ce qui se love derrière la peau étrangement opaque: le muscle, l’eau, le souffle, l’énergie, un état d’être à la vie, terriblement vivant et attentif à l’autre, malgré tout ou à cause du besoin de n’être pas complètement seul. Amour, acide et noix dit la solitude, mais aussi et surtout l’infinie tendresse du toucher, la dureté de la vie et le désir d’élévation ou d’évasion de ce corps parfois si lourd. Amour, acide et noix offre la nudité comme seule alternative à une lecture du corps, sans fard, ni fausse pudeur. La peau n’est-elle pas le véritable costume du corps?

Amour, acide et noix est la première oeuvre d’une trilogie dans laquelle la vie organique se lit à même la peau de danseur·euse·s soumis·es à d’impossibles exigences physiques. Aucune chance ne leur est donnée de se cacher derrière une quelconque expressivité ou forme esthétisante. C’est l’imperfection que l’on veut souligner dans cette descente dans les profondeurs du corps archaïque qui expose la dimension implacable de la condition humaine.

Dates :
13 au 15 mars 2024
Agora de la Danse | Édifice Wilder
Montréal

Crédit : Lou Amsellem, Marco Arzenton, Marco Curci et Jimmy Gonzalez © Julie Artacho